Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Les nouvelles > Restauration d’un Pleyel 3 noir de 1906

Restauration d’un Pleyel 3 noir de 1906

dimanche 9 janvier 2022 , par Grégoire Magne
mis à jour mercredi 26 octobre 2022

- restauration en cours -

autre restauration de Pleyel modèle 3 :
Restauration d’un Pleyel 3 de 1906 (en 2020)

Récemment arrivé à l’atelier et vendu, ce beau demi-queue Pleyel du début du XXe siècle va être restauré.

Il semble être encore équipé de ses cordes et chevilles d’origine, les cordes étant oxydées et très fragiles, et les chevilles de très petite section.

Comme toujours, tout commence par un démontage.

Dans un premier temps, après quelques réparations du placage, le vernis va être refait par un ébéniste, pendant que le clavier et la mécanique seront remis en état à l’atelier.

La remise en état du clavier comprend le remplacement de toutes les diverses garnitures de feutre, cuir et casimir :

  • casimir des mortaises d’enfoncement et de balancier,
  • cuirs des attrapes,
  • feutres de levée des bascules d’étouffoirs,
  • mouches d’enfoncement et de balancier du châssis,
  • bande de feutre de repos des touches.

La dorure du cadre a été refaite.

Les cuirs des attrapes, très usés, sont remplacés. Ils sont collés en deux temps, puis coupés au format.

Le châssis de clavier a également besoin d’une remise en état.
Le bois est nettoyé, et les pointes sont désoxydées.

Usé et creusé en mains endroits le feutre de repos des touches est refait. Il faut rechercher la bonne hauteur d’appui au moyen de plusieurs bandes de feutre, puis coller la partie supérieure plus large formant gaine de l’ensemble.

Les marteaux sont démontés et nettoyés avant envoi à un prestataire pour être re-feutrés ; en effet, les anciens feutres sont usés, et n’ont plus la souplesse souhaitée.

Les supports de la mécanique ont été nettoyés, sommier des marteaux, peignes, supports de fonte, ces derniers ayant également été revernis.
La révision des chevalets de la mécanique commence : nettoyage, vérification des ressorts, des pivots, comprenant quelques remplacements, remise en bonne position des bâtons d’échappement, puis remontage et défauchage.

Le meuble est revenu de chez l’ébéniste, avec son vernis noir neuf.
Le travail sur la structure va pouvoir commencer.

Le long d’une fente de table, quatre barres sont décollées. Préparation des blocs de serrage, et mise en place.

Ces blocs, équipés d’une cheville, permettent, après encollage, de plaquer les barres sur la sous-face de la table, en tendant, au moyen de la cheville, une corde d’acier passant sous la barre.

Après recollage, les fentes de la table sont refermées par des flipots d’épicéa.

En sous-face, le vernis est refait intégralement, sur la ceinture, le barrage et la table d’harmonie, ainsi que le dessous du plateau de clavier.

La remise en état du clavier comprend le remplacement de toutes les garnitures. Ici, remplacement des garnitures de mortaises.

Les marteaux ont été re-feutrés, et sont remis en place.

Le vernis de table est refait, après raclage. Plusieurs passes de vernis gomme-laque à l’alcool sont nécessaires pour obtenir un beau résultat.

Puis le cadre est remis en place, calé finement, et équipé.

Révisées, les galeries d’étouffoirs sont reposées dans le piano et, enfin, après la pose de protections, le piano est prêt pour la remise en cordes.

Remise en cordes.

Après la première tension des cordes, il faudra faire au moins deux autres tensions, puis trois à quatre accords, pour stabiliser le piano.
Pendant que la structure harmonique se "cale", on va travailler clavier et mécanique :
 portée du châssis de clavier
 dressage du clavier
 réglage des enfoncements
 échappements
 chasse, etc.
et enfin, régler finement et harmoniser.


Voir en ligne : Pleyel demi-queue mod. 3 noir de 1906