Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Les nouvelles > Restauration d’un Pleyel F de 1933

Restauration d’un Pleyel F de 1933

mardi 13 avril 2021 , par Grégoire Magne
mis à jour vendredi 4 février 2022

- restauration en cours -

Ce quart de queue Pleyel modèle F en loupe d’orme est arrivé récemment à l’atelier, pour être restauré et proposé à la vente.

Pour sa présentation, ainsi que pour mieux évaluer le travail à réaliser, il a été nettoyé (longtemps abandonné, il en avait bien besoin !), et un travail de préparation (avant restauration proprement dite) est mené sur le clavier, la mécanique et les marteaux.

La restauration concernera le meuble (placage du couvercle ayant besoin d’une remise en état), la table d’harmonie (réparation de fentes et décollements de barres, suivie d’un montage en cordes et chevilles neuves), et les marteaux (re-feutrage). La mécanique a évidemment besoin d’une révision sérieuse et d’un réglage intégral, mais elle est dans un état sain, ainsi que le clavier et son revêtement d’ivoire.

État actuel du châssis de clavier à l’arrivée à l’atelier :

Ponçage des marteaux avant nettoyage et reprise des réglages de la mécanique pour essai :

Ainsi, le piano sera "jouable" et il sera possible de juger de sa qualité, malgré les cordes très anciennes.

Après reprise des échappements, rapide révision, et accord, l’harmonisation permet de jouer le piano, réveillé de son long sommeil, avant la restauration qui sera menée une fois celles des deux autres Pleyel en cours achevées.

mai 2021

La restauration du piano a été commandée, et vient de débuter. Le cadre a été déposé, et va être redoré.
Le travail sur la table d’harmonie va être mené prochainement.

Les marteaux sont déposés pour être re-feutrés.

Dorure du cadre

Réparation de la table d’harmonie

En raison de décollements partiels des barres de la table d’harmonie, il est nécessaire de les recoller ; dans un premier temps, les positions des barres de table sont tracées sur la face supérieure, et les zones à recoller sont repérées.
Les fentes de la table ont été ouvertes avant d’y insérer et coller des flipots d’épicéa.

Des cales et blocs de serrage sont utilisés pour recoller les barres de table.
Au niveau de chaque point décollé, deux perçages fins sont faits permettant de passer une corde de piano de part et d’autre des barres.
Ré-encollées, elles sont plaquées sur la sous-face au moyen de blocs équipés d’une cheville.

Remise en état du clavier

L’ensemble des casimirs et feutres est en mauvais état, résultat de la présence de mites, et d’humidité.

Les garnitures du châssis, après nettoyage, seront remplacées :

  • mouches d’enfoncement
  • mouches de balancier
  • feutre de repos des touches

Après nettoyage des touches (en cours ci-dessous), les garnitures de mortaises devront être refaites.

Retour à la table d’harmonie

Le recollage des barres de table étant terminé, les flipots sont préparés, collés puis arasés.

Les flipots étant terminés, et la table stabilisée, le vernis neuf va pouvoir être appliqué. Dans un premier temps, les chevalets sont dévernis et nettoyés.

Après raclage et ponçage de l’ancien vernis de table, une première couche de vernis (gomme laque à l’alcool) est appliquée.

Trois passes plus tard :

Préparation du clavier. Les garnitures des mortaises d’enfoncement et de balancier doivent être remplacées.

Après retrait des vieilles garnitures de casimir usées, les nouvelles garnitures sont collées à la colle chaude (colle d’os), et maintenues, le temps de durcissement de la colle, au moyen de cales.

Il est préférable, pour sa bonne conservation à l’avenir, de refaire également le vernis en dessous de la table d’harmonie.
Après raclage et ponçage de l’ancien vernis, le barrage et la table reçoivent une nouvelle protection.

Préparation du châssis de clavier.
L’ensemble des garnitures de feutres est à remplacer, mouches et feutre de repos des touches. Le châssis est placé dans le piano pour déterminer avec précision l’épaisseur nécessaire.
Sur Pleyel, cette bande de repos est constituée de plusieurs épaisseurs de feutre, recouvertes d’une bande plus large collée de part et d’autre.

Les feutres des bascules d’étouffoirs, à l’arrière des touches, sont très usés et ne permettent plus de faire un réglage homogène.
Ils sont remplacés.

Après révision générale des touches et du châssis de clavier, nettoyage et désoxydation des pointes de balancier et d’enfoncement, et remplacement intégral de tous les feutres, les touches du clavier sont remises en place.
Certaines, comme souvent sur les anciens Pleyel, sont déformées et vont devoir être redressées.

Elles sont le plus couramment déformées en arc, ou gauchies, et pour leur redonner leur géométrie d’origine, on exerce des torsions sur le bois humidifié et chauffé.

Retour à la structure harmonique. Le cadre est remis en place, calé précisément pour assurer une bonne charge des cordes sur les chevalets, puis vissé.
Garni de ses feutres de pression, le cadre est prêt pour la remise en cordes.

La mécanique est nettoyée et révisée : défauchage, vérification des pivots, nettoyage des peignes et remplacement des fils de centre (axes des marteaux), graphitage des bâtons, leviers de répétition, et talons de chevalets.
Il reste à remonter les marteaux refeutrés, puis à refaire les réglages à zéro, une fois le piano mis en cordes.
Les galeries d’étouffoirs sont également révisées, avant remise en place.

La remise en cordes est terminée.

Le piano va devoir maintenant être stabilisé en effectuant plusieurs mises au ton, puis plusieurs accords avant sa livraison.
Le temps de faire la préparation des marteaux, puis les réglages de clavier et mécanique, la préparation et le réglage des étouffoirs, et enfin l’harmonisation.

Les marteaux re-feutrés sont préparés avant remontage.

Pendant ce temps, le clavier est dressé, avant de remettre en place la mécanique.
Ci-dessous, dressage des touches blanches (position au repos).

Clavier dressé, mécanique remontée, une mise en tension des cordes est faite ; il en faudra plusieurs pour stabiliser le piano remis en cordes et chevilles, avant de l’accorder définitivement avant qu’il quitte l’atelier.

Les réglages peuvent maintenant être faits, pendant que le piano se stabilise.
Ici, réglage de la position des marteaux, verticalité, et équidistance, en chauffant les manches.

Puis la portée des marteaux sur les cordes est vérifiée ; elle sera rectifiée au cas par cas, en alignant les cordes, ou en rectifiant le ponçage d’un marteau.
Puis l’harmonisation pourra être faite.

Le placage et le vernis du couvercle ont été refaits, ayant souffert d’humidité sur le dessus de couvercle. Le couvercle vient d’être remis en place.

Harmonisation, et dernier accord avant la présentation du piano restauré au client.

Piano prêt pour la livraison !


Voir en ligne : Pleyel modèle F loupe d’orme de 1933