Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Les nouvelles > Restauration d’un Pleyel F de 1958

Restauration d’un Pleyel F de 1958

mercredi 8 septembre 2021 , par Grégoire Magne
mis à jour mercredi 2 mars 2022

- restauration en cours -

La restauration de ce Pleyel modèle F de la fin des années 50 concerne la structure harmonique (fentes de la table d’harmonie et décollages de barres), la mécanique et le clavier (nettoyage, révision et réglage), et les marteaux (re-feutrage).
De petites réparations de placage seront faites sur le meuble.

Tout commence par une dépose des cordes et chevilles, avant enlèvement du cadre en fonte…

Puis le cadre est déposé, afin de refaire la dorure, et de travailler à la remise en état de la table d’harmonie.

Réparation de la table d’harmonie

Quelques barres de table sont partiellement décollées, et des fentes sont apparue sur la table d’harmonie. Ce sont des fentes récentes, probablement dues aux conditions de stockage du piano dans un garde-meubles.

Les points à recoller sont repérés, en sous-face et en face supérieure. Les fentes sont ouvertes plus largement pour y insérer des flipots.
Puis sont mis en place les blocs de serrage ; équipés d’une cheville et d’une corde à piano, ils permettent de plaquer la table sur les barres après encollage.

Collage terminé.

Côté mécanique, l’intervention la plus importante concerne les marteaux, qui vont être re-feutrés ; les voici déposés pour l’envoi au prestataire.

Révision du clavier.
Les touches noires étaient équipées de plastique. Ils sont décollés pour être remplacés par de l’ébène.

Les marteaux ont été re-feutrés, et sont remis en place, après nettoyage et révision des peignes et des fils de centre (pivots).
Un ponçage sera ensuite nécessaire.

Après recollage des barres de table, les fentes sont réparées au moyen de flipots d’épicéa. Puis ils sont arasés, et la table est préparée pour recevoir un vernis neuf.

Suite de la préparation du clavier. Les touches en ébène sont collées, les bavures de colle sont nettoyées, puis le bois mis à nu est noirci.

Les garnitures des mortaises de balancier et d’enfoncement, très usées, vont être refaites. Ci-dessous, décollage.

Les marteaux sont préparés, les feutres neufs devant être poncés, avant d’être harmonisés.
Puis les manches sont redressés, pour obtenir un alignement parfait dans la mécanique, préalable à la mise sur les cordes, puis aux réglages fins et à l’harmonisation, qui seront faits une fois le piano remis en cordes.

Le vernis de la table d’harmonie est prêt, et le cadre est reposé, puis garni de ses feutres de pression, en vue de la remise en corde prochaine.

Fin de préparation du cadre, avant la mise en cordes :
 calage de la charge (hauteur relative des points de pression des cordes sur le cadre par rapport au chevalets),
 orientation des agrafes.

Puis, piano est placé sur tréteaux, sommier étayé, protections mises en place, la mise en cordes va pouvoir commencer.

La mise en cordes est en cours.

La mise en cordes est terminée.

Au moins trois tensions de mise au ton vont être nécessaires pour stabiliser le piano, avant d’accorder. Elles seront faites une fois la mécanique et le clavier remontés, ce qui sera fait prochainement, après remplacement des garnitures de mortaises.

Préparation du clavier, avant de remonter la mécanique.
Remplacement des garnitures de mortaises de balancier et d’enfoncement, puis équipement du châssis et remise en place des touches.

Un dressage sera nécessaire, mais il est d’ores et déjà possible d’utiliser la mécanique pour faire la première tension des cordes.

Pendant que le piano se stabilise, on prépare le clavier avant le dressage.
De petites sections, faites de bois nerveux et léger, les touches des Pleyel ont malheureusement —sur le temps long— une tendance à se voiler, et il est rare de ne pas avoir besoin de les rectifier.
Pour cela, après les avoir humidifiées en surface, on les soumet à une contrainte en les chauffant.

Puis le dressage du clavier peut être fait, avant la remise en place de la mécanique et son réglage.

Pendant le dressage, il apparaît nécessaire de rectifier quelques touches déformées en arc.

Après le dressage des blanches, réglage de l’enfoncement des dièses (noyage), puis remise en place de la mécanique.

Le réglage de la mécanique peut commencer. Ci-dessous, réglage de l’échappement.

Le placage du meuble était manquant en certains points.
Remplacement par des feuilles de palissandre de Santos de fil.
Puis raccord de vernis au tampon.
Avant le remontage définitif de la mécanique sur le plateaux de clavier, les ivoires sont polies.

Les étouffoirs ont été remis en place, et réglés.
La portée des marteaux sur les cordes a été vérifiée et rectifiée : le marteau doit entrer en contact sur les trois cordes exactement en même temps. On rectifie ce contact au cas par cas, parfois en ponçant légèrement le marteau, parfois en modifiant la position des cordes dans l’agrafe.

Puis le premier accord est fait. Après plusieurs mises au ton, pour stabiliser les tensions des cordes, l’accord proprement dit peut être fait. Il devra lui aussi être stabilisé en plusieurs fois.

Harmonisation finale, avant le départ du piano.

Prêt pour la livraison.


Voir en ligne : Pleyel modèle F palissandre et sycomore