Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Mots-clés > mécaniques > piano à queue, principes

mécanique piano à queue, principes

mise à jour dimanche 11 juillet 2021

Coupe schématique de la mécanique d’un piano à queue
(d’après une mécanique Schwander)

Principe de fonctionnement :

à l’enfoncement de la touche :
 le pilote soulève le chevalet
 le bâton d’échappement exerce une poussée verticale sous le rouleau du manche de marteau
 le contact avec l’arrière de la touche soulève la bascule d’étouffoirs
 l’équerre du bâton d’échappement est retenue par le pilote d’échappement et le bâton se dégage du rouleau (échappement)
 le levier de répétition est retenu par la vis de chute et le marteau frappe la corde
 le marteau retombe, l’attrape l’immobilise, le ressort du levier de répétition est compressé.

relâchement partiel de la touche :
 le marteau est libéré par l’attrape
 le levier de répétition repousse le marteau légèrement vers le haut
 le bâton d’échappement se remet en place sous le rouleau
 le marteau peut être relancé : la note peut être rejouée.
(c’est le principe de la répétition)

relâchement complet de la touche :
 retour général du mécanisme en position de repos.

En dehors de certaines mécaniques particulières anciennes sans levier de répétition, quelles que soient les variantes, les mécaniques de pianos à queue à répétition1 fonctionnent toujours suivant ces principes.

Pour en savoir plus, voir les pages des mécaniques Schwander, Renner, Steinway, et Pleyel.


1 - souvent appelées improprement à double échappement.