Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Mots-clés > mécaniques/piano droit, principes

mécanique piano droit, principes

mise à jour samedi 23 mars 2019

La mécanique du piano droit est toujours réalisée suivant les mêmes principes, depuis le début du XXe siècle, chez tous les fabricants en dehors de quelques exceptions1.

Coupe schématique de la mécanique d’un piano droit d’après une mécanique Renner.

coupe schématique sur la mécanique d’un piano droithttps://pianosmagne.fr/IMG/svg/mecanique_piano-droit.svg

Mecanique piano droit
cliquer sur l’image pour l’afficher en grand format

Elle se distingue de la mécanique du piano à queue par sa position verticale devant les cordes, les marteaux étant ramenés en position de repos par une lanière et non sous leur propre poids, et par l’absence de levier de répétition.
Un peu moins légère en raison de ces principes inhérents à la disposition verticale des cordes, elle a fait l’objet de tentatives d’amélioration, dont aucune n’a été conservée sur le long terme.

Principe de fonctionnement :

à l’enfoncement de la touche :
- le pilote soulève le chevalet
- le bâton d’échappement exerce une poussée verticale sous le nez du marteau, l’étouffoir est écarté des cordes,
- l’équerre du bâton d’échappement est retenue par le pilote d’échappement et le bâton se dégage du nez (échappement)
- le marteau frappe la corde
- sous l’impulsion du rebond le marteau retombe, l’attrape l’immobilise.

relâchement complet de la touche :
- retour général du mécanisme en position de repos, l’attrape libère le marteau dont le retour est aidé par la lanière, réengagement du bâton d’échappement.

Sur nombre de pianos droits très anciens d’avant 1900, possédant également souvent un cadre en bois et non en fonte, on trouve des mécaniques dites à baïonnettes dans lesquelles les étouffoirs sont commandés par de longues tiges et placés au-dessus des marteaux. Ces mécaniques ont depuis été totalement abandonnées, et il n’est pas conseillé de se lancer dans la restauration de ces pianos car le fonctionnement n’a jamais été satisfaisant.


1 - par exemple une tentative chez Érard, ayant fait l’objet d’un dépôt d’une brevet et d’une petite production sur un temps limité, d’un nouveau modèle de mécanique à répétition pour piano droit.